Étude de l’angle racinaire comme critère de sélection de variétés de blé mieux adaptées aux conditions environnementales

 

Biologie | Environnement

 

Lucie Vonlanthen, 1999 | Le Mouret, FR

 

De nos jours, la culture potagère et céréalière est directement confrontée aux changements climatiques. Les conditions environnementales deviennent souvent critiques, imposant une plus grande sécheresse par exemple. Il en tient de notre survie d’adapter les cultures à ces nouvelles conditions. Ce travail s’intègre dans la recherche de nouvelles variétés de blé plus tolérantes au stress hydrique. L’angle racinaire influence la tolérance au sec de la plante, un angle étroit est notamment favorable en conditions de sécheresse. L’expérimentation a pour but d’observer ce caractère encore si peu considéré de nos jours, pour ensuite l’utiliser dans la création de nouvelles variétés de blé.

Problématique

Le caractère de l’angle racinaire joue un rôle dans la tolérance au sec de la plante. Cependant, son importance et ses caractéristiques n’ont été que peu observées sur des plantes de blé. La recherche a consisté à la mesure d’angles racinaires de diverses variétés de blé selon différents critères. La réflexion s’est développée en deux parties. La première partie a pour but d’observer si un effet d’hétérosis est observable sur ce caractère. La deuxième partie s’intéresse à la variabilité de l’angle racinaire selon des critères plus généraux: entre des variétés très différentes, entre des variétés tolérantes et d’autres sensibles au sec et entre deux différents sols utilisés. Globalement, l’expérience donne des valeurs concrètes d’angle racinaire pour les variétés observées et montre comment ce caractère varie entre les espèces de blé.

Méthodologie

L’expérimentation a consisté à faire pousser en pots diverses variétés de blés durant une à deux semaines. Après le stade de la levée, les plantes ont été dépotées et prises en photo avec leurs racines. L’angle entre les deux racines externes a été mesuré sur les photos grâce à un logiciel informatique. Ensuite les données ont été présentées sous forme de box-plots pour pouvoir comparer les différentes valeurs d’angle racinaire au sein d’une variété et entre les variétés.

Résultats

Les résultats ont permis de mettre en évidence certaines tendances. Tout d’abord, aucun effet d’hétérosis n’a été clairement observé. L’hypothèse d’un tel effet agissant sur l’angle racinaire n’est toutefois pas rejetée. Une variété tolérante au sec a clairement montré un angle étroit, permettant de prochaines recherches dans cette direction. L’expérience a permis de voir que le sol a aussi une influence sur l’angle racinaire. Globalement, les valeurs ont donné des valeurs d’angle précises pour chaque variété.

Discussion

Les valeurs obtenues ont montré certaines différences inattendues, soulignant que l’angle racinaire est très variable. Cette variabilité pourrait être diminuée en utilisant une procédure expérimentale plus régulière et répétable. L’expérience a globalement mis en évidence certaines tendances. Pour obtenir plus de différences claires, davantage d’échantillons peuvent être utilisés. Pour de prochaines recherches, il est important de considérer l’influence du sol. Avant des recherches précises sur l’héritabilité du caractère, l’étude de l’angle racinaire et son influence sur la tolérance au stress hydrique de la plante peut être approfondie.

Conclusions

La recherche a donné des premières valeurs concrètes concernant l’angle racinaire. Elle a montré que ce domaine peut être approfondi. Les résultats tirés de l’expérimentation vont dans le sens de la réflexion effectuée et rendent ce caractère spécialement intéressant. Sa variabilité et son importance dans les conditions de sécheresse démontrées dans ce travail peuvent être observées plus en détail. Ainsi, ce phénomène deviendra connu et utilisable pour la production de variétés de blé mieux adaptées aux conditions environnementales.

 

 

Appréciation de l’expert

Sébastien Bruisson

Lucie Vonlanthen a mené une étude dans le but de trouver une solution innovante pour générer des plants hybrides davantage tolérants au stress hydrique. Elle a développé une hypothèse pertinente à partir de données obtenues dans la littérature scientifique. Elle a mis en place un protocole expérimental clair et adapté à sa problématique et elle a réalisé une analyse des données exhaustive et sérieuse. La candidate maîtrise son sujet. Elle a su gérer un projet exigeant, tant en matière de quantité de travail, qu’en matière de rigueur scientifique.

Mention:

très bien

 

 

 

Collège Sainte Croix, Fribourg
Enseignant: Maxence Antonin